Les Quatres accords Toltèques - Enseignements chamans

Publié le par Nausicaa

Les Quatres accords Toltèques de Miguel Ruiz


Présentation du livre

Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif - le " rêve de la planète ", basé sur la peur - afin de retrouver la dimension d'amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d'amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

Biographie de l'auteur

Don Miguel Ruiz, bien que né et élevé au Mexique par une mère curandera (guérisseuse) et un grand-père nagual (chaman), choisi de faire des études de médecine et de devenir chirurgien. Une rencontre avec la mort (NDE), au début des années 70, suivie d'une expérience extra-corporelle saisissante a changé sa vie. Il s'est dès lors consacré à la maîtrise de la sagesse ancestrale. Il est maintenant devenu un nagual de la lignée des Chevaliers de l'Aigle, voué au partage de sa connaissance des enseignements des anciens Toltèques.

En vente sur Amazone

Parenthèse Wiki :

Les Toltèques (provient du nahuatl et désigne « maîtres bâtisseurs ») étaient un peuple qui vécut entre 900 et 1200 après JC autour de leur capitale Tula près de Teotihuacán au Mexique. Les Aztèques se voudront leurs successeurs. Les Toltèques ont pour origine un peuple nomade qui regroupait aussi les ancêtres des Chichimèques. Ce peuple a d'ailleurs pillé Teotihuacán vers l'an 750. Il s'est ensuite sédentarisé.

Ils étaient établis sur le plateau central (dans la zone que recouvrent aujourd'hui les États mexicains de Tlaxcala, Hidalgo, México, Morelos et Puebla). Une caste militaire, remplaçant celle religieuse, contrôlait la société.

Leur capitale, Tula, est conquise par les Chichimèques en 1168.



Les Atlantes, colonnes en forme de guerriers Toltèques, à Tula

Les céramiques de Mayapán et Matlazinca utilisent encore la symbolique toltèque. Elles ont été retrouvées dans des endroits éloignés de leur territoire comme au Costa Rica.

Leur religion paraît avoir été de type chamanique, ne nécessitant pas de lieux de culte permanent. Les dieux étaient cosmiques, le ciel, l’eau, la terre. Cependant leur monde religieux a généré la grande figure de Quetzalcoatl. Les Toltèques avaient un système de croyance dualiste. L'opposé de Quetzalcoatl était Tezcatlipoca, qui est supposé avoir envoyé Quetzalcoatl en exil. Une autre tradition affirmait qu'il s'en était allé volontairement sur un radeau de serpents, promettant son retour prochain

Dans les légendes nahuatl, les Toltèques sont censés être à l'origine de toute civilisation (c'est pourquoi on les nomme artistes ou maîtres bâtisseurs). Les Aztèques, pour affirmer leur supériorité, se sont donc prétendus leurs descendants.



Voici une petite sythèse agrémentée d'extraits du livre "les quatre accords toltèques" de Don Miguel Ruiz, qui est trés facile à lire et trés succint; mais très pertinent, juste l'essentiel.
Il se limite à l'essentiel de son message, ce qui permet une pertinence et une reflexion profonde sur nos sytèmes de pensées et d'actions.
Don Miguel Ruiz, initié toltèque de la lignée des Aigles et auteur du dit livre, nous offre quatre principes issus de l'enseignement pluri-millenaire qu'il à reçu.

Quatre principes à appliquer pour se défaire des liens et des conditionnements qui nous poussent à vivre dans un enfer.

Que votre parole soit impeccable.
Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N'utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire sur autrui.

Ne réagissez à rien de façon personnelle.
Ce que les autres disent et font n'est qu'une projection de leur propre réalité, de leur rêve. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n'êtes plus victime de souffrances inutiles.

Ne faites aucune supposition.

Ayez le courage de poser des questions et d'exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames. À lui seul cet accord peut transformer votre vie.

Faites toujours de votre mieux.
Votre "mieux" change d'instant en instant, quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d'avoir des regrets.



Quatre accords, ce mot a une profondeur certaine pour l'auteur:
En parlant d'accord Don Miguel fait référence à notre éducation, aux croyances.
Principes que nous recevons pendant notre enfance de nos parents, des adultes, de notre milieux.
Principe moral, religieux, idéologique que nous recevons aussi tout au long de notre vie par la pression sociale.
Tout ces principes, toutes ces croyances sont les accords, accord car nous donnons notre accord pour pouvoir les intégrer.

Ces croyances nous influence alors dans notre vie, dans nos pratiques, nos pensées, notre perception du monde, dans nos actes.
Toutes ces croyances parasitent alors la possibilité de Voir et d'Etre.


Extrait des 4 accords toltèques pages 14 à 17 :
"Il y a de cela 3.000 ans un homme qui tentait de devenir homme medecine s'endormait dans une grotte, lors de son sommeil il s'envola vit son corps endormi au sol.
Il eu une révalation, il s'entendit dire: Je suis fait de lumière, je suis constitué d'étoile.
Il comprit que ce ne sont pas les étoiles qui crèent la lumière mais la lumière qui crèe les étoiles. tout est fait de lumière et l'espace entre ces choses n'est pas vide.
Et il sut que tout ce qui existe n'est qu'un seul être vivant et que la lumière est le messager de la vie, parce qu'elle est vivante et contient la totalité de l'information de la vie
[...]

Tout ce qui existe est la manifestation de ce seul être vivant que l'on appele dieu, tout est dieu et il en conclu que la perception humaine n'était que la lumière percevant la lumière.
La matière est un miroir réflechissant la lumière en créant des images de cette lumière.
[...]

C'est vrai je suis dieu, mais vous aussi vous êtes dieu, vous et moi sommes pareils, nous sommes des images de lumière, nous sommes dieu.
Mais les gens ne le comprenaient pas.
Il avait découvert qu'il était un miroir pour les autres, ils pouvait se voir en chacun d'eux, chacun est un miroir il se voyait en chacun mais aucun d'eux ne le voyait comme lui même.
[...]

Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous.
Cette fumée est le rêve, le miroir le rêveur."



Don Miguel nous dit que nous sommes tous la lumière issue de la même source, mais que nous ne voyons pas cela car nous nous percevons à travers le rêve, la perception déformée créée par tout les accords que nous avons ingurgité et accépté depuis notre naissance.
Rêve qui selon lui est plutot un cauchemard, un enfer.
Il nous propose alors 4 principes à mettre en application pour sortir de cette spirale infernale qui tronque notre perception de la réalité.

"Que votre parole soit impeccable."

" Parle avec intégrité, ne dis que ce que tu pense. n'utilise pas la parole contre toi même, ni pour médire sur autrui."
" Votre parole est votre pouvoir créateur, c'est un cadeau qui vous vient directement de dieu, c'est par elle que vous manifestez les choses, quelques soit votre façon de parler, vos intentions se manifeste par votre parole, ce dont vous rêvez, ce que vous sentez, ce que vous êtes vraiment.
tout cela se manifeste par la parole.
[...]

La parole est si puissante qu'un seul mot peut changer une vie ou détruire des millions de vies.
Il ya quelques décennies la parole d'un seul homme en Allemagne a manipulé une nation de gens très intelligents.
[...]

L'esprit humain est semblable à une terre fertile dans laquelle des graines sont continuellement semées, des opinions, des idées, des concepts.
La parole est une graine et l'esprit humain est si fertile."

(Extrait des 4 accords toltèques, pages 37 à 39)

Il est donc nécessaire de contrôler sa parole, de parler avec vertue, car ce pouvoir créateur peut être d'une force impressionnante.
Et c'est par lui que s'exprime nos intentions et par là créer notre réalité, notre rêve.


"Quoiqu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle"

Chaque parole, chaque idée, chaque jugement, chaque sentance prononcée par une personne est issue du rêve de cette personne.
Il ne sert à rien de réagir personellement car cela est issu du miroir de fumée, de la perception tronquée de l'émetteur.
Cela lui appartient.
"Vous faites une affaire personnelle de ce qui vous est dit parce que vous y donnez votre accord.
Dés lors, le poison s'infiltre en vous et vous êtes piégés dans l'enfer.

La raison pour laquelle vous vous faites piéger est ce que l'on appelle l'importance personnelle, c'est à dire l'importance que l'on se donne.
[...]

Peu m'importe ce que vous pensez de moi, je n'en fais jamais une affaire personnelle, quand les gens me disent Miguel, tu es le meilleur ou qu'ils me disent miguel tu es le dernier des derniers, j'en fais pas une affaire personnelle.
je sais que si vous êtes heureux vous me direz Miguel tu es un ange et que si vous m'en voulez vous dites, tu es un monstre !
Dans un cas comme dans l'autre cela ne m'affecte pas, parce quej e sais ce que je suis.
Je n'ai pas besoin d'être accepté.
[...]

Vous regardez le film de votre vie dans lequel vous êtes l'acteur principal, le scénariste, le metteur en scène en fonction des accords que vous avez passé tout au long de celle- ci.
Votre point de vue vous est personnels et c'est votre point de vue, votre vérité et celle de personne d'autre.
Donc si vous m'en voulez je sais qu'en réalité vous n'êtes confronté qu'a vous même."

(Extrait des 4 accords toltèques, pages 53 à 57.)

Ce que Don Miguel nous dit, c'est que nous acceptons les vérités des autres, les critiques ou les éloges car nous avons besoin d'être accepté.
Nous avons besoin de la validité de l'autre pour être sûr d'être sur le bon chemin.
Besoin d'acceptation, de reconnaissance et manque de responsabilité font que nous buvons le poison des médisances et des critiques.


Cela me fait penser à l'histoire de la grenouille que l'on ma raconté un jour.
C'est un groupe de grenouille qui doit élire une nouvelle reine.
Il plante alors un poteau au milieu de la marre et décide que celle qui atteind le sommet du mat soit élu reine.
Une grenouille essaie et elle glisse très vite.
La deuxième essaie, ses congénères lui crient : " t'y arrivera pas ! ", et elle glisse.
Et les grenouilles, à tour de rôle, essaient et glissent sous les cris des autres disant de plus en plus persuadées:
" t'y arrivera pas, t'y arrivera pas !! ".
Une grenouille s'élance... et grimpe, grimpe, grimpe jusqu'au sommet.
Revenue à terre, ses soeurs l'acclament et lui demandent comment elle a fait.
La grenouille ne répond rien semblant ne pas y prêter attention.
Elle était sourde.


"Ne faites aucune supposition."

Ne supposons pas, n'interprètons pas les actes ou les paroles d'aucun.
Ayons le courage de demander clairement des explications, communiquons ouvertement et profondément pour comprendre ce que chaucn veut faire ou dire.
Pour que nous n'ayons pas à supposer des intentions, des actes de chacun, nous mettrons alors un frein à notre création cauchemardesque de la réalité.
"Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout, le problème est que nous croyons après qu'elles sont la réalité.
[...]

Comme on a peur de demander des explications, on prête des intentions à autrui, on fait des suppositions que l'on croit être vraies; puis on défend ces suppositions et on donne tort à l'autre.
Il vaut mieux poser des questions que de faire des suppositions car celles- ci nous programment à souffrir.
[...]

Il est très intéresant de voir comment l'esprit humain fonctionne, nous avosn besoin de tout expliquer, de tout justifier, de tout comprendre afin de nous rassurer.
Il y a de milliers de questions auxquelles nous cherchons des réponses, car il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut expliquer.
Peu importe que la réponse soit correcte, le seul fait de trouver une réponse nous rassure.
C'est pour cela que nous faisons des supppositions."

(Extrait des 4 accords toltèques, pages 65 à 69.)


Don Miguel nous explique donc ici que le besoin de sécurité nous pousse à supposer, à intrepreter tout ce qui nous entoure.
Ce besoin de tout savoir, d'essayer de tout accaparer à l'aide de notre intellect, nous pousse à créer des illusions souvent néfastes, car l'humain à plus souvent tendance à supposer dans le mal.
Il nous explqiue qu'il sera plus sage, voir salvateur de demander, de questionner, plutôt que de supposer.



"Faites toujours de votre mieux"

Faisons toujours notre possible, agissons toujours de notre mieux, nous empêchera de nous jugé, de nous comdamner.
Comme tout est vivant et que chaque instant est différend, notre mieux, si on l'applique, est toujours en évolution.


" Il était une fois une homme qui voulait transcender sa souffrance.
Il se rendit à un temple bouddhiste pour trouver un maitre qui puisse l'aider.
Quand il trouva le maitre, il demanda :
" Maître, si je médite quatre heures par jour, combien me faudra- t-il de temps pour atteindre la transcendance ? "
Le maître le regarda et lui dit :
" Si tu médite chaque jour pendant quatre heures peut être parviendras- tu à transcender ton existence dans 10 ans. "
Convaincu qu'il pouvait faire mieux que cela, l'homme lui demanda :
" Oh, maître si je médite huit heures par jour, combien de temps cela me prendrait-il ? "
Le maître lui répondit :
" Cela te prendrait certainement 20 ans. "
" Mais pourquoi cela me prendrait il plus longtemps ? " Interrogea l'homme.
Le maître lui répondit :
" Tu n'es pas là pour sacrifier ta joie ni ta vie.
Tu es là pour vivre, pour être heureux et pour aimer.
Si tu fais de ton mieux en méditant deux heures, mais que tu y consacre huit heures à la place, tu ne feras que te fatiguer, tu passeras à côté de ton objectif et tu n'apprécieras pas ton existence.
Fais de ton mieux et peut-être apprendras-tu que, peu importe la durée de ta méditation, tu peux vivre aimer et être heureux."


(Extrait des 4 accords toltèques, pages 89 à 94.)

Le dépassement est un processus lent qui implique d'utiliser ses capacités au mieux, d'essayer de toujours faire de son mieux, ne pas chercher le plus, la perfection absolue.
La perfection n'existe que dans l'apparente imperfection.


Don Miguel Ruiz ,dans son livre, aborde d'autres notions chères aux hommes de connaissance du mexique, descendants des toltèques sous l'égide du Dieu Quetzacoatl, comme le tonal et le nagual, l'esprit, l'attention et l'intention;
Des notions que Carlos Castaneda aborde dans ses romans.

Article écrit par Meba dans le forum Histoire et Spiritualité





Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martin 30/10/2012 22:36

encore une :
nous empêchera de nous jugé
> juger

sinon texte très intéressant. Cela me rappelle aussi Jorge BUCAY...

martin 30/10/2012 22:30

J'ai trouvé des fautes de frappe !
Merci de votre partage.
Cdlt,
lucma

nous avosn besoin de tout expliquer,
> avons

Dans un cas comme dans l'autre cela ne m'affecte pas, parce quej e sais ce que je suis.
> que je sais


nécessaire de contrôler sa parole, de parler avec vertue
> vertu

PS n'hésitez pas à supprimer mon commentaire quand vous aurez corrigé ! ;-)